5d116e73b0707687528b4775.webp
 

L’ASLD CHANGE DE PRÉSIDENT TOUT EN MAINTENANT LE CAP

Par Henri Brissot, journaliste à la rédaction de Blois de la Nouvelle République

Publié le 25 juin 2019 sur le site internet de La Nouvelle République

Jean Poncet cède la présidence de l’ASLD à Christiane Pernin (à gauche) mais tous deux se répartiront les tâches jusqu’à l’année prochaine. © Photo NR

L’année 2018 a été marquée par la forte augmentation du nombre de nuitées hôtelières et par un exercice légèrement excédentaire.


L’association de soutien et de lutte contre les détresses (ASLD) joue un rôle essentiel auprès des personnes isolées. La directrice Sandrine Fontaine fait le point après l’assemblée générale qui s’est tenue il y a quelques jours. L’année 2018 aura été marquée par une forte actualité.


Une présidence bicéphale. L’ASLD (Association de soutien et de lutte contre les détresses) change de président. Jean Poncet cède les rênes à Christiane Pernin, membre de longue date du conseil d’administration, fonctionnaire au ministère de la Justice et par ailleurs présidente de l’Arapej-41 (Association réflexion action prison et justice). La transition s’effectuera tout en douceur puisque Jean Poncet et Christiane Pernin travailleront main dans la main au cours des prochains mois, jusqu’à ce que la nouvelle présidente fasse valoir ses droits à la retraite. « Ecoute, réflexion et partage, voilà comment j’envisage cette gouvernance » précise Christiane Pernin.


Résultats financiers. L’association renoue avec le vert. Après avoir enregistré un déficit de 5.000 euros en 2017, elle a dégagé en 2018 un excédent de 23.000 euros. Son budget avoisine les 7 M€. « Ces résultats ont été obtenus dans un contexte de resserrement des financements » commente la directrice Sandrine Fontaine. Elle emploie 110 salariés.


Chiffres. L’ASLD a accompagné et hébergé 1.017 personnes au sein de ses différents établissements (Prieuré, Astrolabe, Maisons relais …). Il convient d’ajouter les 145 personnes distinctes qui ont trouvé un peu de réconfort à l’accueil de jour. Elle a également accueilli 107 femmes victimes de violences conjugales.


Fait marquant. Le nombre de nuitées hôtelières a bondi de 266 % l’an passé, principalement du fait de l’augmentation du nombre de demandeurs d’asile. « Ce fut sportif pour trouver des places » souligne Sandrine Fontaine.


Nouveautés. Cinquante places ont été ouvertes à Blois, Saint-Gervais et Vineuil en centres provisoires d’hébergement, structures dédiées à l’accueil des familles ou des personnes de moins de 25 ans ayant obtenu le statut de réfugié. Ouverte en 2015, la maison relais pour jeunes majeurs a bénéficié de travaux d’extension. Une cinquantaine de places supplémentaires pour l’hébergement d’urgence ont été ouvertes. L’ASLD a pris le relais de l’Afpa qui assurait l’hébergement d’une cinquantaine de migrants. Enfin, le nouvel accueil de jour a ouvert ses portes en février avenue de Châteaudun.


Projets. Sandrine Fontaine souhaite regrouper les pensions relais de famille sur un seul site. Autre projet, entamer la prise en charge des auteurs de violence conjugale par le biais d’un accompagnement psychologique.

 

©2020 ASLD 41