©2020 ASLD 41

 

SANDRINE FONTAINE :
UNE VIE À SERVIR LES AUTRES

Par Adrien Planchon, journaliste à la rédaction de Blois de la Nouvelle République

Publié le 5 novembre 2018 sur le site internet de La Nouvelle République

Sandrine Fontaine, directrice de l’ASLD, a reçu les insignes de l’ordre national du Mérite des mains de la ministre Jacqueline Gourault.
© Photo NR

Sandrine Fontaine, directrice de l’ASLD, a reçu les insignes de l’ordre national du Mérite des mains de la ministre loir-et-chérienne Jacqueline Gourault.


"La République n’appartient à personne. Nous en sommes tous, à titres différents, les garants et les artisans. Sur le chantier de ces valeurs toutes neuves, pour ces combats de chaque jour qui se nomment liberté, égalité, fraternité, aucun volontaire n’est de trop."

C’est par une citation, tirée du discours d’investiture du président François Mitterrand, le 21 mai 1988, que Sandrine Fontaine a choisi de terminer son discours.

Dans les salons de la préfecture de Loir-et-Cher, vendredi 2 novembre, la directrice de l’Association d'Accueil de Soutien et de Lutte contre les Détresses (ASLD) vient de recevoir des mains de la ministre de la Cohésion des territoires et des Relations avec les collectivités territoriales – Jacqueline Gourault – les insignes de l’ordre national du Mérite (ONM).


Cette distinction – créée le 3 décembre 1963 par le général de Gaulle –, second ordre national après la Légion d’honneur, récompense les mérites distingués dans l’exercice, pendant au moins dix ans, d’une fonction publique, civile ou militaire ou d’une activité privée, rappelle en ouverture le président de la section départementale de l’ONM. Le Loir-et-Cher compte à ce jour 230 décorés, ils sont 200.000 en France.


Jacqueline Gourault – qui se dit « frappée par la personnalité, le caractère et le tempérament » de l’intéressée – cite alors, parmi tant d’autres, « trois qualités » de Sandrine Fontaine : « L’humanité, l’engagement et la curiosité. »

Parmi les actions réalisées par la directrice, la ministre retient « l’accueil de demandeurs d’asile et de migrants » ou, plus récemment, l’inauguration, à Vineuil, de maisons destinées aux gens du voyage ayant choisi de se sédentariser.


Forte d’un master 2 en ressources humaines décroché en 2017 lors d’une reprise d’études, Sandrine Fontaine, 40 ans, a déjà passé la moitié de sa vie à s’occuper des autres.