©2020 ASLD 41

 

JACQUELINE GOURAULT VISITE LA PENSION DU LUBIDET

Par Alexis Couturier, journaliste à la Nouvelle République

Publié le 03 janvier 2019 sur le site internet de la Nouvelle République

Jacqueline Gourault (à gauche), ici en discussion avec Philippe Magny (à droite).© Photo NR


La ministre de la Cohésion des territoires était en visite ce mercredi dans la pension de famille rue du Lubidet, qui propose “ l’hébergement accompagné ”.

Les pensionnaires de la rue du Lubidet avaient mis les petits plats dans les grands ce mercredi matin. Cette pension de famille où sont locataires quatorze personnes en autonomie accompagnée, recevait la visite d’une délégation conduite notamment par Jacqueline Gourault. Guidée par les membres de l’ASLD, association qui gère ce lieu financé par l’État, la native de Montoire-sur-le-Loir aujourd’hui ministre de la Cohésion des territoires et des Relations avec les collectivités territoriales, a fait un tour du propriétaire.


Accompagnée par le préfet de Loir-et-Cher Jean-Pierre Condemine, mais aussi par le maire Pascal Brindeau et son probable successeur Laurent Brillard, elle a ainsi pu découvrir les logements des habitants au parcours souvent cabossé, qui ont trouvé en cette pension un moyen de se reconstruire. Comme Philippe Pegny, 60 ans. Ce natif de Versailles, qui se déplace en fauteuil, a trouvé un bon équilibre. « Ici, j’aime l’espace, je m’entends bien avec tout le monde, je suis conciliant. Pourquoi partir, puisque j’y suis bien ! » En effet, au sein de la pension de famille de la rue du Lubidet, les pensionnaires sont locataires en titre et partent quand ils le souhaitent. Ils sont simplement encadrés par deux travailleurs sociaux de l’ASLD, en semaine. Des activités communes, et même des vacances, financées en partie par les locataires, sont organisées durant l’année. Mais les pensionnaires n’ont aucune obligation d’y participer.


À propos de ce style d’hébergement, Jacqueline Gourault a rappelé que l’État avait décidé de financer 10.000 places supplémentaires durant tout le quinquennat. Pour le Loir-et-Cher, ce sont trente-neuf places qui seront créées. Six l’ont déjà été à Vendôme. « Ces six locataires sont actuellement accueillis au sein de deux logements situés quartier Gérard-Yvon, explique Sandrine Fontaine, présidente de l’ASLD. Ils intégreront par la suite une extension permettant d’accueillir six locataires supplémentaires, sera construite rue du Lubidet. »

Des associations saluées:

> Jacqueline Gourault a salué les associations telles que l’ASLD. « Elles sont porteuses des politiques publiques financées par l’État » a-t-elle rappelé sans oublier de saluer les collectivités territoriales et les bailleurs sociaux.
> À Vendôme, le centre d’accueil des demandeurs d’asile, a ouvert quinze places de plus au sein de logements existants. Cela porte à quatre-vingt-seize le nombre de places au Cada.